A la une | Actualités

Côte d’Ivoire : Clôture de la 118ème Assemblée Plénière Ordinaire de la Conférence des Evêques

Les évêques ivoiriens ont clôturé le jeudi 11 mars 2021 à leur 118ème Assemblée Plénière tenue au Centre Diocésain de Yamoussoukro.

La 118ème Assemblée Plénière de la Conférence des Evêques Catholiques de Côte d’Ivoire s’est refermée le jeudi 11 mars 2021 au Centre Diocésain de Yamoussoukro par une célébration eucharistique présidée par Mgr Marcellin Yao Kouadio, évêque du diocèse de Daloa, en présence de la quasi-totalité des évêques, de quelques religieux et des fidèles. Mgr Yao Kouadio, a invité le peuple de Dieu dans sa marche vers Pâques, à écouter Dieu pour éviter le malheur et la mort.

« Ecouter Dieu »

Lors de son homélie de cette messe matinale, l’évêque du diocèse de Daloa a livré une dense méditation au peuple de Dieu. Dans cette exhortation, centrée sur la marche de l’Eglise vers Pâques, le prélat s’appuyant sur les textes du jour a invité les participants à « écouter Dieu », car pour lui, le faire « c’est la vie et le bonheur » par « contre refuser c’est le malheur et la mort ».

« Chers frères et sœurs, quand l’homme se ferme à Dieu son créateur, cela impacte négativement tout son être […] A ce niveau, notre méditation peut prendre aussi en compte tout un peuple. Oui, il peut se faire, malheureusement qu’un peuple tourne le dos à Dieu – au point que les lois sont foulées aux pieds et les institutions ne servent que des intérêts des grands – ceux et celles qui ont le pouvoir, l’avoir, le savoir et la gloire. Oui, la crainte de Dieu est morte : on n’en parle plus- qu’en est-il dans les sphères religieuses ?», a déclaré Mgr Yao Kouadio.

L’évêque de Daloa, déplorant le manque d’écoute de Dieu a affirmé qu’« une société sans repères finit par sombrer dans le mensonge, la violence et les crimes sous toutes les formes – y compris en mode silencieux. N’est-ce pas ce que nous observons en Côte d’Ivoire ».

Comment atteindre la paix et la réconciliation ?

Face à ce constat, Mgr Yao Kouadio s’est demandé : « les ivoiriens auront-ils le courage et la sagesse, dans un tel contexte, de faire la paix par la réconciliation ? »

La paix et la réconciliation véritables, recherchées par les ivoiriens ne pourront se matérialiser tant « que la classe politique ivoirienne aura un discours anachronique relativement à la paix, à la vérité, à la justice et à la morale nous risquons de tourner encore longtemps en rond et ce, au détriment de notre Mère patrie », a-t-il soutenu.

Selon lui, la seule issue possible face à ces problèmes posés, c’est de s’en remettre à Dieu, à sa fidélité. « La Fidélité de Dieu est de toujours, Lui le Dieu de l’Espérance. Mettons notre espoir en Lui et réapprenons à écouter sa voix et à voir ses merveilles en tout temps et en tout lieu, surtout en ce temps favorable de pénitence… » a exhorté Mgr Yao Kouadio.

Clergé, Séminaires, Pastorale des vocations

Cette deuxième assemblée plénière ordinaire de l’année des évêques ivoiriens est consacrée normalement au Clergé, aux Séminaires et à la Pastorale des vocations. Cependant les Pères de l’Eglise ivoirienne ont en outre eu droit à une formation permanente sur la problématique de la réconciliation en Côte d’Ivoire. En outre ils ont procédé à des nominations de professeurs dans les différents séminaires du pays.

En point de mire de leurs réflexions, ils ont réactualisé, les programmes, les thématiques du prochain Congrès Extraordinaire du Clergé Ivoirien prévu du 7 au 11 juillet 2021 au Centre diocésain de Yamoussoukro. Sur ce point, ils ont revu le nombre à la baisse des délégués de 500 à 250 et les invités de 100 à 50 pour arriver à un nombre total de 300 personnes attendues en raison de la maladie à coronavirus en constante progression dans le pays.

A lire également