ST GABRIEL

SECTEUR : JOSEPH PUAUT
Doyenné Père Alfred Kouakou (Ouest)
P. Julien NIAMIEN KOUAMÉ

Curé

P. Jean Hugues KOUAKOU KOFFI

Vicaire

La paroisse Saint Gabriel de Botro

Contacts:

+225 00 00 00 00
+225 00 00 00 00
+225 00 00 00 00

Informations

LES HORAIRES DES MESSES

 

LUNDI

MARDI

MERCREDI

JEUDI

VENDREDI

SAMEDI

DIMANCHE

MATIN

06H30

06H30

06H30

08H00 (Village)

06H30

06H30

08H00 (Village)

06H30

07H00/09H00

08H00/10H00 (VILAGE)

SOIR

18H00

18H00

18H00

18H00

18H00

Histoire

La région a été visitée par les Pères de Bouaké, surtout le Père Jean ALLEZARD (Akanza okwlè) à partir de 1929.
Une École catéchétique fût ouverte à Botro.
Les premiers baptêmes sont ceux de Pascal KOFFI (26 décembre 1932), Claudine KOFFI AHOU (7 février 1935), Édouard YAO KOUAKOU (29 juin 1935).
Le Père Paul DELATER fonde Béoumi en 1943. C’est lui qui vient maintenant à Botro. Il va trouver, pour le seconder, le jeune Édouard KOUAKOU, originaire d’Aloko-Sakasso.
Le terrain de la Mission se trouvait alors à proximité du village, près d’un bois de tecks, à gauche de la route conduisant chez le Chef de canton. Deux petits bâtiments y avaient été construits. L’un servait de Chapelle, l’autre était le logement du moniteur-catéchiste, François AKOTO YAO.
Le Père Willy LEJEUNE, arrivé à Béoumi en 1947, a laissé un vivant souvenir. Proche des gens, gai, parlant le Baoulé, il réussit à créer un climat de sympathie à l’égard de la Mission.
Le Père Joseph PUAUT, arrivé à Béoumi en 1949, a continué les visites à Botro et dans quelques villages. En 1951, il ouvre une École à Aloko-Sakasso.
Sont venus ensuite, toujours à partir de Béoumi, les Pères Paul GAUTRET et René MENARD. Le Père GAUTRET a construit de ses mains la première École en dur d’Aloko-Sakasso.
Le Père MENARD, à la suite d’une mésentente avec le Chef de canton, décida de transférer l’École sur un autre terrain, à Kayabo, sur la route de Béoumi. Ce projet n’eut pas de suite, et le Père PUAUT, à son retour à Béoumi en 1960, trouva les élèves de Botro transférés à l’École d’Aloko-Sakasso.
Lors des visites à Botro, la messe était célébrée chez Mr. KPANTHIÉ, infirmier, qui deviendra par la suite Chef chrétien de Botro.
Désirant réinstaller l’École et la Mission à Botro, le Père PUAUT décida de prendre contact avec le Chef de canton, TOTO KRA. Pour avoir plus de poids, il avait demandé à Mgr DUIRAT de venir aussi. L’entrevue fût cordiale. Le Chef de canton donna un terrain sur la route de Bouaké : c’est le terrain actuel de la Mission.
Après avoir débroussé, le Père construit un bâtiment de trois classes. C’est là que viennent s’installer les Sœurs. Car les Sœurs de la Providence de la Pommeraye, dont la première maison avait été ouverte à Béoumi en 1953, avaient accepté d’envoyer à Botro des Sœurs qui resteraient attachées à la communauté de Béoumi.
Les premières Sœurs arrivent le 24 novembre 1961 : Sœur Saint Jean et Sœur Vincent-Joseph. Une salle de classe devient leur maison d’habitation (confort nul). Une autre sert de Chapelle où le Père PUAUT vient célébrer la messe plusieurs fois par semaine. Dans la troisième, on fait la classe. Une autre classe se fait sous un apatam, une troisième sur l’ancien terrain de la Mission… 150 élèves, sous la direction de Sœur Saint Jean.
Une nuit, une tornade emportera la toiture du bâtiment. Mais elle sera refaite, et mieux arrimée.
Bientôt, de nouveaux bâtiments sortent de terre : la Chapelle, la maison des Sœurs, de nouvelles classes…
Il devait revenir au Père Michel CONVERS de continuer les constructions et d’organiser la maison.
Arrivé à Béoumi à la fin de 1962, il ne tarda pas à s’orienter sur Botro. Il s’y rendait plusieurs fois par semaine pour la messe. Puis, il se construisit un pied-à-terre (chambre, garage, magasin), et ses retours à Béoumi commencèrent à s’espacer. De nouveaux bâtiments furent construits : 6 classes, 8 logements de maîtres. L’École comptait alors 12 classes et 450 élèves.
En revenant d’un congé, le Père CONVERS rapporta de France un hangar métallique. Une partie de ce hangar fût montée pour devenir la future église, l’autre servit à la maison d’habitation.
En 1968, les constructions étaient terminées. Le moment était venu de couper le cordon ombilical avec Béoumi. La paroisse de Botro fût officiellement fondée, comprenant les sous-préfectures de Botro et de Bodokro. La paroisse fût confiée à Saint Gabriel, en mémoire du Père Gabriel CLAMENS, ami de longue date et très estimé du Père CONVERS.
Le Père CONVERS, d’abord seul, fût rejoint quelque temps par le Père Francis VERGER.
1971. Le Père PUAUT quitte Béoumi et vient à Botro. Rapidement, on repartit le travail, le Père CONVERS se consacrant à Botro et le Père PUAUT à Bodokro.
Plus que d’autres, la Mission de Botro a été marquée par la présence des Sœurs. Vivant sur place bien avant les Pères, elles ont été les chevilles ouvrières de l’évangélisation : École, formation des maîtres, puis catéchèse, alphabétisation, contact avec les gens de la ville et des villages. Avec une large utilisation des moyens audio-visuels, dont le Père CONVERS était un partisan convaincu et bien équipé. Sœur Andrée DAVY, arrivée en 63, restera jusqu’en 87, 24 ans !
Le séjour des Sœurs a été marqué par de grandes épreuves : la mort de Sœur Vincent-Joseph en 69, et de Sœur Marie Renée en avril 81. Toutes deux reposent au cimetière de Béoumi.
Au départ du Père CONVERS, le Père Louis ROLLAND prend la relève. L’ancienne Chapelle étant vraiment petite, et la communauté chrétienne de la ville s’étant bien développée, il a fallu penser à faire du nouveau. Le hangar était là, attendant depuis des années. Prolongé, habillé, il a servi d’armature à la nouvelle église.
Dans les villages, il y aussi quelques communautés chrétiennes, un peu perdues au milieu des nombreux protestants, et il y a malheureusement peu de catéchistes pour les conduire.