ND DE LA PROVIDENCE

SECTEUR MAURICE PAVAGEAU
DOYENNÉ PÈRE ADRIEN JEANNE (EST)
P. Roméo KOUADIO KOUAMÉ

Curé

P. Victorien KOKO N’DA KOFFI

Vicaire

P. Nicaise AMANI KOUAMÉ

Vicaire

Notre-Dame de la providence de M’Bahiakro

Contacts:

+225 00 00 00 00
+225 00 00 00 00
+225 00 00 00 00

Informations

LES HORAIRES DES MESSES

 

LUNDI

MARDI

MERCREDI

JEUDI

VENDREDI

SAMEDI

DIMANCHE

MATIN

06H30

06H30

06H30

06H30

07H00/09H00

SOIR

18H30

18H30

18H30

Histoire

Le Père BEDEL, lors de son deuxième voyage sur Bouaké par l’indénié et la Comoé jusqu’à Samanza, était passé à Mbabiakro le 11 janvier 1903 avant d’arriver à Bouaké et de continuer sur Korhogo pour y fonder la Mission. Simple passage.

            Il semble que dans les années 20, quelques chrétiens originaires du Sud aient vécu à Mbahiakro, mais sans qu’il y ait de communauté organisée.

            Vers 1930, le Pasteur POWEL de l’Église protestante CMA, avait fondé quelques communautés.

            C’est en 1932 que le Père Jean ALLEZARD prend contact avec la région de Mbahiakro. Sa méthode, comme celle des Pères de son temps, était simple : contacter les chefs, créer une École, bâtir une petite Chapelle.

            Ainsi, une première École a été créée dès 1932. Le premier maître, Antoine KOUAMÉ, resta trois mois : il enseignait le catéchisme, mais personne ne venait. Le second, Alexandre AMANI, resta deux ans et fit l’École, mais pas le catéchisme.

            En septembre 1935, le Père ALLEZARD envoie de Bouaké Louis LOUKOU, qu’il avait connu à Katiola, pour diriger l’École et faire le catéchisme. Il y avait quelques chrétiens du Sud : les premiers baptêmes seront ceux de leurs enfants.

            L’École de la Mission est alors la seule École de Mbahiakro. Louis LOUKOU est très dévoué. Il enseigne le catéchisme à l’École. Il se fait des amis, gagne des catéchumènes. Il rayonne dans quelques villages : Abokro, Dangoukro, Adi-Yapikro…

            Une École est créée à Abokro. On y baptise même 8 adultes en 1937 : parmi eux, Lucien KRA, qui sera plus tard chef chrétien de Mbahiakro (décédé en 88). Parmi les parrains, IPOU TANO François, instituteur à Ananda pendant de longues années (décédé en 87).

            Après 1937, les baptêmes se succèdent régulièrement. D’autres villages (Paningokro, Kondrobo…). Le Père ALLEZARD demande l’ouverture d’autres Écoles. Mais c’est la guerre, le personnel et les moyens manquent. Du bon travail se fait cependant : une Chapelle est construite à Dangoukro en 1941. En juillet 43, le Père demande officiellement un terrain pour la Mission.

            C’est alors que la réaction éclate. En plusieurs occasions, les païens accusent les chrétiens de ne pas respecter les interdits traditionnels, ils les convoquent devant le Chef de canton et le ‘’Commandant’’. Le Père ALLEZARD écrit au Gouverneur… Parti en congé en juin 46, il ne reviendra pas.

            Les choses se sont arrangées, la communauté grandit. Le Père Louis GIRÉ est envoyé pour fonder la Mission de Mbahiakro. Venant d’Agboville dans sa Peugeot 202, il arrive à Mbahiakro le 16 juin 1948.

            Il est reçu dans la modeste Chapelle en briques de terre datant d’avant 1935. Lucien KRA, chef chrétien, lui trouve une maison à louer.

            17 juin 1948. Première messe du Père GIRÉ.

Mgr BOIVIN lui a donné 25.000 francs, comme premier acompte pour la fondation de la Mission. Il commence à construire une maison et une nouvelle École. Chrétiens et catéchumènes donnent un coup de main pour extraire le sable et les pierres, des maisons de commerce donnent du ciment et des tôles…

            Le Père visite les villages : plusieurs ont une petite communauté chrétienne et une École qui marchent bien.

            5 décembre 1948. Bénédiction de la maison.

  1. 3 janvier. Ouverture de la nouvelle École, sur le terrain de la Mission, avec 15 élèves.

            3 avril. Première visite de l’évêque, Mgr BOIVIN.

            17 avril. Jour de Pâques. 16 baptêmes.

  1. 16 février. Le Père GIRÉ part en congé. Il ne reviendra pas. Il mourra près de Rome le 22 janvier 55.

25 février. Arrivée du Père Prosper MALO. Après avoir payé les moniteurs. La caisse est vide. Le Père fait appel de tous côtés à la générosité chrétienne. Il reçoit un frigidaire, de l’argent pour 4 mois de solde des maîtres, un don de 100.000 francs ; le ministre français des Affaires Étrangères, Robert SCHUMAN, lui envoie 125.00 mille francs pour l’achat d’une camionnette Citroën.

  1. Le Père MALO a maintenant un moyen de locomotion et peut visiter facilement le village. Dans le canton Abbey, il constate un mouvement de sympathie envers le christianisme. Dans plusieurs villages, les chrétiens construisent des églises. En même temps, il entreprend les démarches pour la reconnaissance officielle de l’École.

Octobre 1952. Arrivée du Père Georges LEGRAND.

Février 1953. Le Père CHASSAIGNON, de Ouellé, partant comme curé de Bouaké, la Mission de Ouellé est rattachée à Mbahiakro, qui devra donc s’occuper aussi de Prikro, Ouellé et Daoukro !

Mai 1953. Le Père MALO s’en va. Il est remplacé par l’abbé Alfred NGORAN KOUAKOU qui arrive en août. Avec une ardeur infatigable, il parcourt les villages, faisant de nombreux baptêmes.

            Dans ces années, on verra passer par Mbahiakro pas mal de Pères, surtout des jeunes. Mbahiakro est un peu, dans le diocèse, le terrain d’apprentissage des Pères en pays Baoulé. On verra ainsi les courts séjours des Pères Jean ÉVAIN (53), Paul LE GOFF (54), René MENARD (54), Jean-Claude DENNIEL (55). Clément AUDRAIN (55), Émile HÉGRON (56), Paul GOTTE (57), Jean BAUDUCEL (58).

            Septembre 1957. Le Père LEGRAND s’en va. Il est remplacé par le Père Joseph PUAUT, qui fera un court séjour, mais en profitera pour construire la nouvelle église.

            9 novembre 1957. Accompagnées de Mgr DUIRAT et de deux Clercs de Saint Viateur, arrivent les premières Sœurs de la Sainte Famille : les Sœurs Hélène CALMELS et Odile CONSTANS. L’année précédente, Mgr DUIRAT était passé chez elles, à Villefranche-de-Rouergue, à l’occasion d’une visite aux Clercs de Saint Viateur. Il leur avait proposé plusieurs postes dans le diocèse, précisant que celui de Mbahiakro était le plus urgent.

            En arrivant, elles trouvent une École toute prête, en bordure de la ville. Une des quatre classes leur sert de logement, en attendant. L’école débute dès novembre avec 50 filles, venues de l’École de la Mission. Les Sœurs s’engagent bientôt dans la catéchèse, la visite des villages, les soins aux malades, l’étude du Baoulé. Elles ouvrent un internat.

  1. Bénédiction de la nouvelle église. Départ de l’abbé Alfred KOUAKOU.
  2. 1er mai. Les Sœurs entrent dans une nouvelle maison. Elles auront bientôt du renfort et ouvriront de nouvelles maisons à Toumodi (59), Yamoussoukro (60), Tiébissou (63).

            Le Père PUAUT s’en va. Il est remplacé par le Père Maurice PAVAGEAU, qui restera treize ans (59-72). Durant ces années, plusieurs vicaires viendront le seconder :

            Joseph ÉVAIN (59-60),

            Louis FROMY (60-61),

            Jean-Pierre MICHAUD (61-63),

            Gérard LANDAIS (63-64),

            Michel DENIAUD (64-70)

            Vital KOMÉNAN YAO (67-68) : enfants du pays, il arrive de Rome où il avait été ordonné au cours de ses études en novembre 64.

            Hilaire PONYA, prêtre Burkinabé (70-71),

            Clovis NIEL (71-72)

Octobre 1972. Le Père PAVAGEAU est nommé à Bouaké. Le Père Petrus REYNARD le remplace, avec les Pères :

            Enrique RUIZ (72-73),

            Roger LARRIVE (74-76),

            Jean-Marie MATHON (78-84).

29 juillet 1973. L’abbé Vital KOMÉNAN YAO est sacré évêque de Bouaké. Le 15 août suivant, il vient célébrer sa première messe épiscopale à Mbahiakro. Septembre 1980. Départ du Père Petrus. Le Père MATHON devient curé, aidé quelque temps par l’abbé Joseph YAO KOUAKOU (mars-septembre 81, mai-juillet 84).

Le Père MATHON continue les aménagements de la Mission et de l’église commencés par le Père Petrus.

Été 1983. Mbahiakro fête solennellement les dix ans d’épiscopat de Mgr Vital et les 35 ans de la paroisse.

Août 1984. Le Père MATHON est nommé à Yamoussoukro. C’est le Père Giovanni DE FRANCESCHI, prêtre italien du PIME, qui vient diriger la paroisse. Désormais, ce sont les prêtres du PIME, italiens et brésiliens, qui viendront à Mbahiakro comme à Prikro. Le Père Giovanni sera aidé par le Père Jaeder DA ROCHA en 85-86. Septembre 1986. Le Père Carlo GHISLANDI remplace le Père Giovanni parti en Italie au service de sa Société.

Il sera secondé par le Père Francisco-Vicente DA SILVA de 87 à 93 et le Père Antonio NUNES depuis 93.