ND DE NAZARETH

DOYENNÉ MGR ANDRÉ DUIRAT (Urbain)
P. Augustin KONÉ

Curé

P. Wilfried HOUESSINON

Vicaire

Paroisse Notre Dame de Nazareth

Contacts:

+225 00 00 00 00
+225 00 00 00 00
+225 00 00 00 00

Informations

LES HORAIRES DES MESSES
 LUNDIMARDIMERCREDIJEUDIVENDREDISAMEDIDIMANCHE
MATIN06H0006H0006H0006H0006H0006H3007H00/09H00
SOIR18H3018H3018H3018H3018H30

Histoire

C’est à ‘’Liberté’’ qu’en 1902, le Père FER avait construit la première mission provisoire, simple casse couverte de paille…
Les gens du quartier ont découvert l’Église en même temps que les autres de Bouaké dans les années 25. Mais, on doit signaler que deux jeunes d’Assèkro, Marcel BROU et Augustin N’GORAN ont été baptisés à Katiola en 1929, après avoir connu l’Église par un vieux chrétien Agni qui travaillait avec eux à la voie ferrée. Mais, ils ne purent guère entraîner leurs frères, l’opposition des vieux était alors très violente. Cependant, quand le Père Paul LE GOFF sillonna la région et construisit une Chapelle en dur en 1960, la communauté d’Assèkro put démarrer, ainsi que celle toute proche, de Bamoro, dont les catéchumènes connaissent les mêmes difficultés.
1960, c’est l’année où quelques chrétiens de ‘’Liberté’’ obtiennent sur le chantier de Kamounoukro quatre lots pour la construction d’un lieu de culte.
1967, les travaux d’aménagement commencent, sous la direction du Père Michel SAURET. On nettoie le terrain, on creuse un puits, un hangar est monté, qui deviendra église.
Cette même année 1970, le gros des constructions est achevé. Les premières cérémonies sont célébrées dans l’Église : le chemin de Croix est animé par la Sœur Antoinette. La première messe y est célébrée le soir du Jeudi-Saint par le Père SAURET. Le 1er juin, il fait le premier baptême, celui de Géneviève COULIBALY, le Père JOLLAND assure l’Eucharistie tous les dimanches.
1971, le Père Paul RAVENSTYN dessert le quartier. Mais, occupé à l’évangélisation de la brousse, il demande au Père Jean DHUMEAU, alors Directeur de l’Enseignement, d’assurer les célébrations du dimanche.
1973. En janvier, le Père Paul LE GOFF rentre définitivement dans sa Belgique natale. En juillet, c’est le sacre de Mgr Vital. En septembre, le Père DHUMEAU prend la charge effective et la responsabilité du quartier. Avec lui, les religieuses s’investissent de plus en plus dans la paroisse, pour la catéchèse et la formation des femmes.
L’église est en service mais, il reste les finitions. Mai 1974, la statue de la Vierge, œuvre du Père NIEL, prend place dans le chœur. Mgr Vital la bénira au cours d’une cérémonie imposante.
On commence aussi les démarches pour avoir des religieuses à demeure. Après un triduum de prières, une lettre collective est adressée à Mère Philippe, leur supérieure Générale. Le 5 janvier 1975, une réponse positive est donnée par sœur POIRE, de passage à Air-France.
Leur logement sort de terre. Sur la concession de la mission, le Père SAURET construit l’apatam puis, le presbytère.
Le 31 août 1976, on inaugure. Le Père DHUMEAU s’installe au presbytère, les Sœurs Antoinette BLAISE, Aline SHUL et Christiane LOMBARD dans leur nouvelle maison.
La paroisse va prendre le nom de Notre-Dame de NAZARETH. Au départ, à cause de l’aide financière des Libanais, les premiers bâtisseurs donnèrent à l’Église le nom de Saint CHARBEL, moine libanais. Mais, comme la paroisse est destinée à tous les chrétiens du quartier, le Père DHUMEAU va proposer l’idéal de Nazareth, une famille qui prie et qui travaille. Cependant, Saint CHARBEL restera en bonne place pour répondre à la dévotion des gens et tout spécialement des libanais.
Au fil des ans, les travaux se succèdent : plantation d’arbres, construction de Calvaire chez les Sœurs, salles pour le Foyer féminin (payées par Lions-Club). Dans l’église, réfection des murs, installations des cloches, pose des vitraux… Et la vie paroissiale va de l’avant.
Le 26 juillet 1981, le Père DHUMEAU est rappelé en France. Alors, Mgr Vital demande aux Clercs de Saint Viateur de prendre en charge la paroisse. Le Père Yves LE MIGNON assurera l’intérim pendant une année.
Octobre 1981 : le Père Roger DEBAUD et le Frère Gérard MORIN s’installent.
Gérard restera 3 ans. C’est l’homme des bois, toujours prêt avec sa Datsun à patrouiller la ville au service d’une dizaine de troupes scoutes.
Les autres Clercs de Saint Viateur viennent donner un coup de main pour les catéchèses, pour quelques messes ou pour les grandes célébrations. Le Père Maurice ESPIE lancera en 1990 le Cours Biblique.
Sœur Aline part en 1986. Sœur Marie la remplace un an. Puis, ce sera une laïque, Paulette FLAMAND, et enfin Sœur Virginie en 89-90. Après 90, Sœurs Antoinette et Sabine resteront seules. À la maison, en 1988, Jean-Paul TOURÉ, qui fait partie des Associés aux Clercs de Saint Viateur, prend la relève de Jean- Paul BAMBARA.
1990. les Clercs de Saint Viateur décident de restructurer leur communauté. On bâtit un nouveau presbytère, et à la mi-novembre, le Père Jorge NESTARES et le Frère Paul ALAZARD viennent rejoindre le Père Roger. Un jeune postulant de France viendra étoffer la communauté.
Le Père Jorge sera plus particulièrement responsable des jeunes : il sera leur guide spirituel. Grâce à une Pajero tout-terrain, don de Luxembours, Roger et Paul pourront visiter les campements les plus démunis, aider les chrétiens abandonnés et susciter de petites communautés de foi.
Les dernières années ont vu de nouvelles réalisations, pour faire face à l’accroissement de la communauté : salle de célébration pour enfants, réfection de l’église, local scout, garage…
1991 sera l’année des villages. Réparation des églises d’Assèkro et de Bamoro : toiture, plafond, électricité. Nouvelle église à Abokro. Tout près, le Sanctuaire Marial Notre-Dame, des Champs.
D’autres projets sont en route : une nouvelle Chapelle en ville, une dans un village…