A la une | Actualités

Côte d’Ivoire : la paix doit être consolidée

Le pays célèbre la 25e Journée nationale de la paix le 15 novembre 2021. Le président de la Commission épiscopale pour la justice, la paix et l’environnement a adressé un message aux fidèles.
«Dans le contexte social et politique actuel de notre pays, cette journée nationale de la paix doit être célébrée en gardant à l’esprit que la paix est une nécessité et que sa consolidation relève de la responsabilité de chaque citoyen de toute condition sociale». C’est ce qu’a souligné Monseigneur Yedoh, évêque du diocèse de Bondoukou, en rappelant les paroles du pape François dans son discours lors de la rencontre internationale de prière pour la paix promue par la Communauté de Sant’Egidio et qui s’est tenue à Rome le 20 octobre dernier. «Dieu demandera des comptes à ceux qui n’ont pas recherché la paix ou qui ont fomenté des tensions et des conflits», avait dit le souverain pontife. En écho à cette pensée, le président de la Commission épiscopale ivoirienne pour la justice, la paix et l’environnement a exhorté les fidèles à ne pas avoir peur d’aller à la rencontre des autres, de discuter de l’avenir du pays dans le respect et la tolérance.

La rencontre entre Ouattara et Gbagbo, un signe de paix
Le prélat s’est félicité des conditions favorables créées par le président de la République, Allassane Ouattara, pour le retour de son prédécesseur, Laurent Gbagbo, dans le pays, ainsi que de la visite de ce dernier au chef de l’État, au palais présidentiel, et de la reprise du dialogue politique annoncée par le Premier ministre Patrick Achi en décembre dernier. M. Gbagbo, qui a été acquitté à La Haye de crimes contre l’humanité, a fondé un nouveau parti panafricaniste et socialiste, le Parti des peuples africains – Côte d’Ivoire (PPA-Ci). Élu président en 2000, M. Gbagbo est resté à la tête du pays jusqu’en 2010, année où il s’est présenté pour un troisième mandat face à M. Ouattara, qui a alors été déclaré vainqueur. Laurent Gbagbo a exigé un recomptage des voix, mais des violences ont éclaté dans le pays et des milliers de personnes ont été tuées. Une intervention internationale a amené l’ancien président devant la Cour internationale de La Haye et Allassane Ouattara a pu prendre les commandes du pays. Allassane Ouattara et Laurent Gbagbo se sont rencontrés le 27 juillet 2021. Dans un tweet, le président actuel a qualifié la rencontre avec son prédécesseur de «rencontre cordiale et fraternelle». «Nous travaillerons à renforcer la confiance dans l’intérêt de notre pays», a-t-il ajouté.

Les autorités et les familles s’engagent à travailler pour le bien du pays
Pour Monseigneur Yedoh, ce qui s’est passé permet de construire la paix et de consolider ce qui a été fait à cet égard. «Ces bonnes initiatives doivent être encouragées et poursuivies», a-t-il ajouté, rappelant l’invitation de Jésus à ses disciples, dans le Sermon sur la Montagne, à devenir des artisans de paix. «Nous ne serons des artisans de paix que dans la mesure où nous nous efforcerons de vivre en harmonie avec les autres et de construire ensemble notre patrie, en tant que fils et filles du même Père», a poursuivi le prélat. Pour Mgr Yedoh, «cela ne sera possible que si nous nous engageons à respecter le commandement de l’amour, qui nous demande de respecter et de faire respecter chaque être humain». L’évêque de Bondoukou a continué en disant que le respect de l’être humain implique, entre autres, la lutte contre le phénomène des «microbes» – des enfants qui se rassemblent en bandes avec des machettes et des couteaux et qui attaquent, pillent et tuent – ainsi que la justice pour les prisonniers de longue durée, détenus sans procès. Le prélat a également salué les autorités pour ce qu’elles font déjà pour endiguer ce phénomène des «microbes», «véritable menace pour la tranquillité du peuple ivoirien», et a encouragé les parents à jouer pleinement leur rôle dans la réintégration de ces enfants dans le tissu social. «Il y a un besoin de paix en chacun de nous», a conclu le président de la Commission épiscopale pour la justice, la paix et l’environnement.

A lire également